Thomas Senf
 

Filtrage du produit

  • Retour

Pourquoi un longe de via ferrata ?

Une petit excursion au cœur de la théorie de l'assurage permet de comprendre l'importance vitale d'une bonne longe en cas de chute. Pendant l'escalade, la longueur de corde entre la personne qui dévisse et l'assureur chargé d'amortir la chute en douceur est relativement importante. Cette situation est comparable à un saut à l'élastique. Dans le jargon technique : un petit facteur de chute signifie une force de choc réduite. A contrario, en via ferrata, seule la corde courte de la longe est disponible pour assurer le freinage. La distance de freinage est pratiquement aussi réduite que lorsque l'on heurte un mur. Seule la fonction dynamique de l'absorbeur est capable de ramener l'énergie générée à un niveau supportable.

Facteur de chute

Les cordes d'alpinisme s'allongent légèrement sous l'effet de la charge et absorbent ainsi de l'énergie. Plus la corde disponible est courte et la hauteur de chute est importante (= plus l'énergie générée est élevée), plus cette tâche est difficile. Cette dureté de la chute est mesurée au moyen du facteur de chute : il correspond à la hauteur de chute divisée par la longueur de la corde chargée d'amortir la chute. Lorsqu'un grimpeur effectue une chute de 5 mètres au bout de 20 mètres de progression, le facteur de chute est de 5/20 = 0,25, ce qui représente un saut en douceur. Les chutes à partir du facteur 1 sont déjà considérées comme « dures ». En cas d'utilisation d'une longe, la longueur de corde de freinage disponible est de seulement 1 mètre environ. Par conséquent, pour la même chute de 5 mètres, le facteur de chute est de 5/1 = 5, d'où un choc absorbé par les mousquetons et le via ferratiste vingt fois supérieur à celui supporté par le grimpeur cité précédemment.

Force de choc

La force de choc désigne la force maximale supportée par les personnes et les assurages lors d'une chute : il s'agit de l'à-coup ressenti lors du freinage. Cette force augmente avec le facteur de chute et peut être réduite au moyen d'un freinage dynamique. Afin d'éviter les blessures à la colonne vertébrale et aux disques intervertébraux ou encore les ruptures de mousquetons, la norme applicable aux longes de via ferrata limite à 6 kN la force de choc maximale admissible. Cela correspond approximativement à la force exercée par un poids de 600 kilogrammes sur le corps. Même avec une longe homologuée, des forces peuvent donc être générées qui rendent une chute peu souhaitable, sans parler du risque de collision avec le rocher.

Il est encore possible de rencontrer des via ferratistes qui s'assurent uniquement avec un anneau de corde, de sangle, voire de cordelette. S'ils connaissaient les risques d'une telle méthode d'assurage statique, ils investiraient volontiers dans une longe dynamique.

Freinage statique

Lors d'une chute avec une corde statique, celle-ci doit absorber l'intégralité de l'énergie par allongement. Du fait de la longueur réduite de corde sur la longe et des hauteurs de chute potentiellement élevées (facteur de chute élevé), les forces maximales générées (force de choc) peuvent être violentes, comme lors d'un atterrissage sur un sol en béton. Le freinage est encore plus dur lors d'une utilisation statique de cordelettes ou sangles, car elles ne peuvent pas s'allonger et génèrent une force de choc encore plus importante. Il en résulte un danger de mort maximum !

Freinage dynamique

Avec un absorbeur de via ferrata à freinage dynamique, peu importe d'utiliser de la corde ou une sangle. Dans ce cas, l'énergie est absorbée par le frottement lié au glissement de la corde d'assurage dans l'absorbeur. Lorsque la forme du frein et le matériau employé pour la corde sont optimisés l'un par rapport à l'autre, la chute est freinée de manière dynamique et en douceur, comme avec un trampoline ou un coussin gonflable. Le dimensionnement approprié est testé lors des essais normalisés. Le facteur de chute mesuré ne doit pas excéder 6 kN.