Daniel Arnold
 

Filtrage du produit

  • Retour

Conseils pratiques

Dérouler la corde – la première fois

Lors de la fabrication traditionnelle (sans «Lap Coiled»), la corde est enroulée sans vrilles sur un tambour. Elle sera également livrée dans cet état enroulé. Il faut donc la dérouler avant la première utilisation, sinon des vrilles désagréables se produiraient. Pour ce faire, on défait le laçage de la corde et on passe les deux avant-bras en les croisant dans le rouleau de la corde. Sous constante traction vers l’extérieur, on exerce un mouvement rotatif avec les avant-bras, de sorte que le bout de la corde glisse par terre. On veillera à ce que le deuxième bout de la corde ne s’enroule pas autour d’un poignet en gênant la rotation. Après avoir été dévidée, on peut encore passer la corde deux ou trois fois dans les mains, mètre par mètre, en le secouant légèrement afin de supprimer d’éventuels boucles. En effectuant ces manoeuvres sur le sac à corde ou dans l’appartement, on protégera sa corde dès le début de toute salissure inutile. Après quoi, la corde sera pliée pour le transport ou rangée dans un sac à corde. 

Sac à corde

protection et transport en même temps.
En escalade sportive, le sac à corde constitue le meilleur moyen pour transporter aisément la corde, tout en la protégeant de la saleté et en la tenant prête à l'emploi. Le bout de la corde est noué dans une des boucles du sac à corde, puis on dispose la corde librement mètre après mètre sur la toile du sac. L'extrémité se trouvant dessus peut donc se dégager sans accroc et sera utilisée pour la montée en tête; pour le transport, on la fixera dans la deuxième boucle du sac. Effet secondaire mais utile du sac à corde: pour autant que l'extrémité de la corde soit fixée correctement, par exemple par un noeud simple, elle ne peut pas s'échapper par mégarde lorsque que l'on fait descendre le grimpeur en moulinette – malheureusement une cause fréquente d’accident en escalade sportive. 

Gestion de la corde au relais

Il est important de ne pas laisser pendre la corde en boucles sous le relais, surtout en cascade, mais également dans les courses alpines rocheuses et par fort vent, car cellesci pourraient s’accrocher derrière des blocs de rocher ou des glaçons. Les spécialistes disposent la corde en boucles une fois à droite, une fois à gauche par-dessus leur auto-assurage, la cuisse ou le pied, en la gardant ainsi en permanence sous contrôle. Si c’est le même grimpeur qui poursuit en tête dans la longueur suivante, il faut alors repasser la corde entièrement afin qu’elle se déroule proprement vers le haut. 

Temps de récupération après une chute

Après une chute en escalade sportive, la corde tirera profit d'un moment de repos. Suite à une forte sollicitation par une chute dure, il faudra accorder à la corde un temps de repos et si possible intervertir les extrémités. Ainsi, les fibres synthétiques étirées par la chute pourront se régénérer – la durée de vie sera sensiblement augmentée. On peut également ménager la corde, lors du travail intensif d'une voie, en se fixant après une chute directement dans le piton au lieu de rester suspendu dans la corde.

Disposition de la corde

Un mousquetonnage réfléchi de la corde minimise le frottement et ménage en même temps les nerfs. Dans la mesure du possible, la corde ne devrait pas passer sur des angles vifs et rugueux, dans des fissures ou derrière des blocs; elle risque de se coincer, subit une forte usure et pourrait être cisaillée lors d'une chute. Les assurages intermédiaires placés habilement aident à éviter ces écueils. Il est recommandé de mousquetonner les points d'assurages considérablement éloignés de la ligne d'escalade à l'aide de longues sangles. Si la disposition de la corde ne peut pas être rectifiée suffisamment par ce moyen, on peut recourir à la technique de la corde double – en particulier dans les voies en «terrain d’aventure», telles qu’on les rencontre en Angleterre, par exemple.

La corde raccourcie

Pour de brefs passages faciles exempts de danger de chute, on peut raccourcir la corde pour le transport en anneaux sur l’épaule. Pour ce faire, chaque partenaire de la cordée place autant d'anneaux que désiré sur l'épaule, en fixant le paquet d'anneaux avec un tour de la corde, terminé par un noeud de guide, que l'on réassure ensuite avec un mousqueton à vis dans le point d'encordement. En négligeant cette précaution, les anneaux pourront se resserrer en cas de chute et étrangler le grimpeur. Pour défaire la réserve, on l’enlèvera anneau après anneau de l'épaule afin d'éviter la formation de vrilles et de noeuds. Parcourir des passages difficiles en marchant ensemble «à la corde raccourcie» est une technique réservée aux guides de montagne, avec des possibilités d'application restreintes, qui cache cependant un danger mortel pour les amateurs. Pour eux, la devise est: assurer correctement ou alors marcher sans cord

Le rappel

Dans les rappels en terrain étagé ou par fort vent, il y a un risque que la corde lancée complètement traîne ou s'accroche quelque part; en la pliant sans précision avant le lancement, des noeuds peuvent se former facilement. Pour l'éviter, mais aussi lors d'un rappel en oblique, il peut s'avérer plus avantageux de faire descendre le partenaire en rappel passif. Si, en cas d'urgence, on utilise le demi-noeud d'amarre pour le rappel, il faut tenir les brins de corde en parallèle afin d'éviter la formation de vrilles.

La cordée à trois

Les courses plus longues sont souvent effectuées en cordées à trois. Le grimpeur de tête assure alors les deux suiveurs en même temps. Si l'on utilise pour cela deux cordes à simple, le grimpeur de tête ne doit en aucun cas mousquetonner les deux brins parallèlement dans les assurages intermédiaires. Sinon, une force de choc dangereusement élevée pourrait se produire. Pour la cordée à trois, on peut également utiliser des cordes à double, mais jamais des cordes jumelées.

Rappeler (retirer) la corde

Le brin avec lequel on veut retirer la corde devrait se trouver du côté du rocher dans l’ancrage, afin d’éviter que son extrémité ne soit coincée par l’anneau lorsqu’il appuie sur le rocher.

Plier la corde

Une fois à gauche, une fois à droite; On plie une corde (autrefois: rouler une corde) pour permettre son transport sans sac à corde. Afin d’éviter la formation de vrilles, la méthode du «Lap Coiling» est recommandée. Il est sans importance si la corde est saisie à double à partir du milieu ou par les deux bouts, ou encore en brin simple à partir d’un bout. De même si l’on récolte le faisceau de corde naissant dans une main, sur la nuque ou sur les cuisses en position assise. Ce qui est décisif, c’est de ne pas enrouler la corde sous forme d’anneau, mais en boucles tombant en alternance à gauche et à droite. Une fois toute la corde pliée, on saisit le faisceau en son milieu et on l’entoure quelques fois avec le reste de la corde d’une à deux longueurs de bras. Puis on enfile une boucle de la corde dans l’oeil ainsi créé, on coiffe la tête de la poupée et on resserre la boucle. En appliquant cette méthode avec les deux bouts de la corde, on pourra porter la poupée de corde sur le dos tel un sac à dos. Lors de la prochaine utilisation de la corde, on se prémunira contre une «salade de corde» en déposant à nouveau les boucles de la corde une à une et éventuellement en faisant passer toute la corde dans les mains.